Un nouveau programme prioritaire de recherche (PPR), doté de 30 millions d’euros, est consacré à la thématique de l’autonomie (vieillissement et situation de handicap). Son pilotage scientifique et son animation ont été confiés au CNRS en lien avec les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’Agence nationale de la recherche en est l’opérateur. Ce programme, qui va se déployer de 2021 à 2026, a pour ambition de contribuer au renforcement des structures de recherche dans tous les domaines liés à l’autonomie en privilégiant quelques principaux défis pour l’action.

Contexte scientifique 

L’autonomie est une notion utilisée dans de nombreux secteurs et disciplines. Elle est souvent pensée en lien avec d’autres notions comme la dépendance, le handicap, la fragilité, les capacités / incapacités, le « care », la vulnérabilité, etc. Cette notion d’autonomie renvoie à la capacité d’agir, de faire des choix pour soi-même, ou encore à l’idée d’auto-détermination, mais elle est aussi utilisée dans une perspective de politique publique.

La promotion et le maintien de l’autonomie dépendent fondamentalement de l’environnement des personnes et en particulier de leurs liens sociaux. Si ce PPR concerne principalement les défis que soulèvent l’avancée en âge et les situations de handicap, son ambition est plus large, car l’autonomie concerne tout le monde à un moment ou un autre du cycle de vie, même si elle attire surtout l’attention quand elle est entravée ou perdue.

Ce programme a pour objectif de mobiliser tous les secteurs disciplinaires, les connaissances, dispositifs et outils existants pouvant faciliter l’autonomie des personnes et de concevoir des développements scientifiques pensés avec et pour les populations concernées. L'enjeu des recherches sur l'autonomie est de parvenir à prendre en compte l'hétérogénéité de ces populations, que ce soit en termes d'âges, de générations, d’états de santé, de caractéristiques fonctionnelles, de ressources matérielles, d'environnement social, familial, résidentiel, professionnel, de contexte territorial, etc. L’ambition de structuration et de renforcement de la recherche dans ce domaine impose de définir une stratégie globale pour rapprocher, coordonner et rendre accessible une grande quantité de données quantitatives et qualitatives, mais aussi une stratégie de valorisation et d’animation scientifique pour relier entre eux des secteurs de recherche encore très cloisonnés.

Quatre principaux défis 

Premier défi : définir la notion d’autonomie et les modalités de sa compréhension et de sa mesure. Comprendre ce que signifie l’autonomie selon différentes approches scientifiques peut permettre d’interroger les exigences sociales posées en termes d’autonomie, et de mieux comprendre les obstacles que rencontrent certaines populations dans leur tentative de remplir ces exigences.

Le deuxième défi : étudier la conception des politiques publiques en matière d’autonomie à l’échelle nationale et internationale – qu’il s’agisse des politiques nommément dédiées à l’autonomie, mais également en lien avec d’autres politiques publiques, qu’il s’agisse des politiques de la ville, du logement, de l’emploi ou de l’éducation, ou encore les acteurs impliqués tels que le secteur public, les familles ou les acteurs associatifs.

Le troisième défi : interroger les situations et expériences d’autonomisation et de réduction de l’autonomie.  Le meilleur moyen de comprendre la manière dont les transformations sociales en cours ou certaines épreuves de la vie impactent le sentiment d’être autonome.

Le quatrième défi : la conception, la réception et les usages des dispositifs et expérimentations innovants en matière de compensation, suppléance, d’accessibilité et d’adaptation de l’environnement et d’accompagnement humain des personnes en vue de leur autonomie, notamment dans les champs biomédical, social, technologique, de l’information et de la communication.

Fonctionnement du PPR :

Un premier appel à projet (AAP) est lancé à la fin du mois de juin 2021 pour des travaux qui devraient débuter à la fin de l’année. Il concerne les deux premiers défis, le défi 1 et le défi 2 (montant global de 7 millions d’€).

Concernant les défi 3 et 4, deux Appels à manifestations d’intérêt (AMI) suivront avant la fin de l’année 2021 qui seront suivis par un AAP courant 2022. L’AAP et les AMI seront publiés et suivis par l’Agence Nationale de Recherche (ANR).

Le PPR autonomie fera l’objet d’une animation forte des communautés scientifiques qui comprendra, notamment : 1) des colloques scientifiques nationaux et internationaux, des rencontres et/ou séminaires entre chercheurs, représentants concernés par l’autonomie et porteurs des politiques publiques. 2) la production de documents de diffusion des connaissances de diverses natures à destination de différents publics tout au long du déroulé du programme.

Comité Scientifique :

Le PPR autonomie est encadré par un conseil scientifique interdisciplinaire de 16 membres issus d’une diversité d’établissements et suivi par un comité de programme regroupant des représentants des parties prenantes du champ de l’autonomie, des grands établissements de la recherche et des experts étrangers. Le conseil scientifique réunit autour du directeur de programme Claude Martin (CNRS) les membres suivants :

 

Événements à venir
2021 05 July de 09h30 à 12h00