En 2045, 65% de la population mondiale vivra en zone urbaine. Ceci représente une problématique majeure à plus d’un titre : écologique (dénaturation des sols, pollution des eaux et de l’air, évolution et menaces sur la biodiversité, …), technologique (gestion des déchets, distribution énergétique, circulation des biens et des personnes, …), social (qualité de la vie, extension des zones d’habitat, cohabitation des populations… ). Ainsi, la ville peut être considérée comme un écosystème complexe en évolution rapide et se développant à travers des dynamiques sociales, spatiales, écologiques et des processus technologiques fortement liés entre eux. Cette notion d’écosystèmes urbain ne doit cependant pas faire oublier à quel point les villes sont dépendantes de l’environnement dans lequel elles s’insèrent, dans le cadre de relations qui méritent également d’être soulignées. Le fait que la pollution ne connaisse pas les frontières vient ici rappeler combien les politiques locales sont dépendantes d’un milieu de vie largement globalisé. Comprendre la complexité urbaine et imaginer les clés d’un développement respectueux de l’environnement, de la qualité de vie des habitants (incluant la qualité de l’eau et de l’air, les nuisances sonores, l’accès aux infrastructures, à l’énergie et aux réseaux de communication) et de la fourniture de services écosystémiques est aujourd’hui un enjeu prioritaire.

Pour consulter les présentations

Pour obtenir des informations :
Anne-Marie GUE (Responsable scientifique)
Mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires

Pour en savoir plus :
>> consulter l’AAP 2019

Date de l'événement
2020 10 February de 09h15 à 15h00

Lieu de l'événement

siège du CNRS, Salle Frédéric-Joliot, 3 rue Michel Ange 75016 Paris